Les élus démocrates ont constaté que les détenues étaient maltraitées, insultées et humiliées.

Une douzaine d’élus démocrates est ressortie choquée et indignée d’une visite lundi 1er juillet dans un centre de détention pour migrants à El Paso, à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. « Epouvantable et dégoûtant », a réagi Judy Chu, député de Californie. « Une cruauté systémique et déshumanisante », a dénoncé de son côté, Alexandria Ocasio-Cortez, l’étoile montante du parti démocrate, qui a accusé les responsables de ce centre de traiter les migrants « comme des animaux ».

Un père et sa fille noyés dans le Rio Grande : l’histoire tragique derrière la photo

Les élus ont pu recueillir le témoignage de plusieurs migrantes détenues et ont pu prendre quelques photos non-autorisées dans les lieux où ils ont eu accès. L’élu texan, Joaquin Castro, a ainsi diffusé quelques photos montrant des femmes avec qui il a pu parler. Il raconte qu’elles ont été totalement privées de soin et d’hygiène, rassemblées dans une cellule disposant d’un seul sanitaire, dépourvu d’eau. Un gardien du centre a même osé répondre à l’une d’elles, assoiffée :

« Si tu veux de l’eau, bois dans les toilettes. »

L’élu rapporte également que ces femmes, pour certaines détenues depuis 50 jours, n’ont pas pu prendre de douche pendant 15 jours, ni avoir accès à des médicaments.

Une autre femme leur a raconté avoir été séparée de ses filles dont elle ignore le lieu de détention. Selon le récit fait par ces femmes, ces humiliations ont été accompagnées par des insultes qualifiées de « tortures psychologiques » par Alexandria Ocasio-Cortez. Elles ont raconté que les gardiens les réveillaient à n’importe quelle heure de la nuit en les « traitant de putes ».

« Stress » des agents

Selon la démocrate, un responsable du centre a expliqué que ces conditions étaient liées au « stress » des agents. A sa sortie du centre, l’élue new-yorkaise a déclaré :

« Ce qu’on a vu aujourd’hui est inconcevable. Aucun enfant ne devrait être séparé de ses parents. Aucun enfant ne devrait être confisqué à sa famille. Aucune femme ne devrait être enfermée dans une cellule, alors qu’elle n’a fait de mal à personne. Elles devraient être approvisionnées en eau, conformément aux droits de l’Homme. »

Alexandria Ocasio-Cortez avait provoqué la polémique la semaine dernière en comparant ces centres de détention à des « camps de concentration ». Le musée national de l’Holocauste avait vivement condamné cette sortie. Des historiens avaient répondu qu’au contraire la parlementaire pouvait désigner ces centres ainsi.

Fin juin, Human Rights Watch avait révélé les conditions de vie sordides de 300 jeunes migrants dans le centre de détention de Clint, au Texas. Selon l’ONG, les enfants dormaient à même le sol cimenté dans des cellules surpeuplées. Ils n’avaient pas non plus d’accès régulier aux douches ou à des vêtements propres, certains ne s’étant pas lavés depuis des semaines, n’avaient pas de savon et avaient parfois des poux.

En mai, un organisme de surveillance du département de la Sécurité intérieure, réalisant un rapport sur les installations de la patrouille frontalière à El Paso, a découvert que les migrants détenus étaient maintenus dans des lieux sales et surpeuplés, forçant certaines personnes à rester debout sur les toilettes pour pouvoir respirer.

Le mois dernier, quatre enfants en bas âge étaient si gravement malades et négligés dans un centre de gardes-frontières américains à McAllen, au Texas, que des avocats ont dû forcer le gouvernement à les hospitaliser la semaine dernière.