Vendredi dernier, l’ANSM a demandé aux médecins de ne plus prescrire de sirops antitussifs à base de pholcodine et aux patients de ne plus en consommer. Associés à des médicaments utilisés dans les services de réanimation, ils sont soupçonnés d’entraîner des réactions allergiques graves.

Dans un point d’information en date du 17 avril 2020, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé met en garde les professionnels de santé contre le risque potentiel de réactions allergiques croisées entre la substance antitussive pholcodine et les curares (gamme de médicaments servant à détendre les muscles), utilisés dans les services d’anesthésie et de réanimation.

Pholcodine : associé à certains médicaments, il peut provoquer de graves réactions allergiques

La pholcodine est un dérivé morphinique antitussif, utilisé comme principe actif dans divers sirops indiqués dans la toux sèche.

Mais depuis 2009, elle fait l’objet de discussions sur son potentiel risque d’allergie croisée avec les agents myorelaxants de type curare. Afin de limiter ce risque, la pholcodine n’est d’ailleurs disponible en France que sur prescription depuis 2011.

En effet, des cas de réactions allergiques aux curares après utilisation de pholcodine ont été rapportés, comme des chocs anaphylactiques.