L’Assemblée générale des Nations unies touche bientôt à sa fin. Parmi les derniers officiels à s’exprimer samedi 29 septembre, le chef de la diplomatie syrienne Walid al-Mouallem.

Le chef de la diplomatie syrienne est venu marteler un message : la guerre contre le terrorisme est presque finie. La situation est « désormais sûre et stable » selon lui. Puis il s’adresse directement aux millions de Syriens qui ont fui le conflit.

Priorité: le « retour » des réfugiés

« Le retour de tous les réfugiés syriens est une priorité pour le gouvernement. Nos portes sont grandes ouvertes pour tous les Syriens qui ont fui à l’étranger pour un retour volontaire et sûr... »

Soucieux de défendre la souveraineté de son pays, il dénonce les ingérences étrangères et exige le retrait « immédiat et sans condition » de la Turquie de la France et des États-Unis. « Ces gouvernements forment une coalition internationale illégitime dirigée par les États-Unis sous prétexte de combattre le terrorisme ».

La Syrie, « purgée » des terroristes

Un terrorisme que son gouvernement continuera à combattre jusqu’à ce que la Syrie soit « purgée des groupes terroristes », assure-t-il dans un message très appuyé à la Turquie et la Russie.

Ces deux pays ont conclu un accord pour organiser le retrait des groupes terroristes de la province d’Idleb alors que les autorités syriennes ont toujours affirmé leur volonté de « reprendre le contrôle de l’ensemble du territoire syrien. »