Plusieurs tornades ont frappé la Lorraine et le Luxembourg vendredi soir, faisant plusieurs blessés de l’autre côté de la frontière.

Les images sont toujours impressionnantes. Vendredi soir, une puissante tornade s’est abattue sur la commune de Longwy (Meurthe-et-Moselle), alors que de violents orages frappaient une bonne partie de la France.

Avec des rafales de vent mesurées à 130 voire 150 km/h, cette tornade à l’est du pays se classe a priori dans la catégorie EF1 sur l’échelle de Fujita (rafales de vent entre 138 et 178 km/h). Ce classement, inventé en 1971 par deux scientifiques américains et régulièrement utilisé, va de EF0 à EF5.

C’est la première fois cette année qu’une tornade EF1 se produit en France, après sept épisodes classés EF0, selon le décompte établi par l’observatoire spécialisé Keraunos. « Des tornades O ou 1, il y en a environ une vingtaine par an », indique Guillaume Séchet, du site Météo-villes.

En 2018, deux phénomènes EF2 s’étaient produits, à Maureillas-Las-Illas (Pyrénées-Orientales) le 7 janvier, puis à Porto-Vecchio le 29 octobre. Pour retrouver trace d’une tornade de catégorie 3, il faut remonter au 19 juin 2013, à Étrochey (Côte-d’Or). Quant aux phénomènes encore plus violents, on peut mentionner celui du 3 août 2008, avec une tornade classée EF4 à Hautmont (Nord).

Mais attention, cette liste n’est pas exhaustive. Il peut arriver que des tornades se forment dans des campagnes reculées et inhabitées, et échappent donc aux radars. Personne n’est là pour les voir ou les filmer, et les dégâts sont parfois mineurs. D’autres endroits en France ont d’ailleurs peut-être connu une tornade vendredi, sans qu’on le sache encore. Des spécialistes pourront se rendre sur place, en quête d’indices. « Ils regardent par exemple la torsion au niveau des arbres qui sont tombés, et s’ils ont été cassés de manière tordue ou linéaire. Dans le deuxième cas, il n’y a pas eu de tornade », nous explique Basile Ducournau, créateur du site Cieux Sous Tension.

On ne parle pas de « mini-tornade »

Mais au fait, comment définit-on une tornade ? Il s’agit d’un tourbillon de vent qui se forme en cas d’orage, lorsqu’il y a un courant d’air froid vers le sol et de l’air chaud qui remonte. Les images qui sont prises sont souvent spectaculaires. Mais il arrive parfois que le vent souffle très fort lors d’un orage… mais qu’il n’y ait pas de tornade.

Selon les spécialistes, il est aussi impropre de parler de « mini-tornade », lorsque le phénomène est remarquable mais sans paraître impressionnant. « C’est un non-sens scientifique, si les conditions sont réunies avec notamment un mouvement tourbillonnaire, c’est une tornade », tranche Emmanuel, un passionné amateur d’orages. « On a l’impression qu’une tornade n’est pas possible en France, c’est pour ça qu’on emploie parfois le terme déformé de mini-tornade », renchérit Guillaume Séchet.

Car si les tornades ne sont pas inédites en France, elles sont beaucoup plus rares que dans des pays étrangers, comme aux Etats-Unis. Outre-Atlantique, l’immensité du pays entraîne des conflits de masses d’air beaucoup plus forts. Et les vastes plaines sont propices à la formation de tornades, qui n’apprécient pas les montagnes car « elles brouillent la circulation du vent », conclut Basile Ducournau.