Les démocrates ont lancé plusieurs enquêtes parlementaires potentiellement explosives contre le président américain.

Le président américain Donald Trump a accusé ce mardi 5 mars les démocrates du « plus grand abus de pouvoir de l’histoire » des Etats-Unis après qu’ils eurent lancé la veille une batterie d’enquêtes parlementaires à son encontre.

« Les démocrates font obstruction à la justice. Ils se lancent dans une grande croisade désespérée à la recherche d’un crime, alors que le vrai crime est ce que font les démocrates, et ce qu’ils ont fait ! », a-t-il dénoncé dans un tweet, accompagné d’un autre en lettres capitales : « PRESIDENT HARCELE ! »

Une enquête « bidon »

Forts de leur nouvelle majorité à la Chambre des représentants, les démocrates sont passés à la vitesse supérieure lundi contre Donald Trump en lançant, et renforçant, plusieurs enquêtes parlementaires potentiellement explosives, des soupçons de collusion avec la Russie aux paiements pour acheter le silence de maîtresses supposées, en passant par son entreprise familiale.

Ils ont notamment réclamé à la Maison-Blanche et au chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo qu’ils leur livrent les détails d’échanges entre le président américain et son homologue russe, Vladimir Poutine.

Ils ont également sommé 81 personnalités et organisations, dont les deux fils du milliardaire républicain, Eric et Donald Jr., ainsi que son gendre Jared Kushner, de leur livrer des documents pour alimenter une vaste nouvelle enquête lancée lundi.

Avec ces documents, les démocrates veulent enquêter sur des soupçons d' »entrave à la justice, de corruption et d’autres abus de pouvoir de la part du président Trump, ses associés et des membres de son administration », a précisé la commission judiciaire de la Chambre des représentants.

Une enquête « bidon », avait réagi lundi Donald Trump, tout en affirmant qu’il « coopérait » avec toutes les enquêtes en cours.

« Les démocrates harcèlent le président pour détourner l’attention de leur programme radical », avait appuyé la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders.

Ils « sont plus intéressés par des jeux politiques pathétiques et par le fait de satisfaire une base radicale et gauchiste que par le fait de donner des résultats concrets à nos citoyens. Les démocrates ne cherchent pas la vérité, ils veulent s’en prendre au président », avait-elle ajouté.