Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, demande plus de clarté sur les violences dans les établissements scolaire. Dans un entretien au Parisien dimanche, il souhaite « que les pouvoirs publics puissent être transparents sur les enjeux de sécurité », une semaine après la mort de Kewi, un adolescent de 15 ans, mortellement poignardé à l’entrée du stade municipal des Lilas.

Entre 20 et 30 incidents graves chaque jour

Jean-Michel Blanquer a donc décidé « de faire un point national régulier sur ce sujet, chaque trimestre ». Dans cet état d’esprit, il souhaite « publier les chiffres de la violence scolaire département par département », toujours dans un souci de transparence. « Il y a chaque jour entre 20 et 30 incidents graves », précise le ministre, « à mettre en regard des 63.000 implantations scolaires de France. Des lundi, Jean-Michel Blanquer va envoyer des inspecteurs à Sarcelles (Val d’Oise), où un professeur a été frappé à coups de poing par un élève parce qu’il lui demandait d’enlever sa casquette.

Le ministre de l’Education nationale a également précisé que le placement d’office des élèves violents dans des dispositifs relais « commence à se mettre en place ». Ce dispositif était annoncé dans le cadre du plan violence à la fin du mois d’août.